Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le syndicat cgt est ému et en colère.

La CGT du grand Lyon n’accepte pas qu’un agent puisse se rendre sur son lieu de travail et tenter de se suicider !!!

La CGT du grand Lyon, depuis de nombreuses années, alerte la direction de la Propreté qui fait la « sourde oreille ».

Depuis l’arrivée du Directeur de la Propreté, les droits des agents sont bafoués, l’organisation du travail est en permanence chamboulée sans concertation sérieuse avec les organisations syndicales, dont les propositions ne sont pas prises en compte.

Dans le meilleur des cas, quand nous sommes associés, cela devient des chambres d’enregistrements. Si nous contestons l’organisation du travail pour le bien du service public rendu à la population, nous sommes agressés et insultés voir stigmatisés par cette même Direction. Avec des preuves à l’appui, même des cadres sont écartés, accusés d’avoir dénoncé, et bien sûr se retrouvent en marge et isolés.

Le Directeur de la Propreté est maître dans « l’art de diviser pour mieux régner, il manie avec habilité l’art de la manigance et des passes droits ».

D’ailleurs, nous avons alerté à maintes reprises le Directeur Général des Services et le Président du Grand Lyon, Gérard Collomb, des agissements du Directeur de la Propreté.

Une enquête du CHSCT avec un expert indépendant est en préparation suite à la tentative de suicide du mois de juillet. La CGT espère qu’elle permettra d’aller au fond des problèmes d’organisation et de management au sein de la Propreté. Par ailleurs la CGT a demandé à Gérard Collomb que la Direction de la Propreté ne participe pas à l’analyse et à l’expertise mandatée par cette instance. Le Président du Grand Lyon a répondu favorablement à notre requête.

Lors du dernier conflit des éboueurs en février/mars 2012, le préavis de grève concernait aussi, les conditions de travail, l’organisation du travail et la souffrance au travail. Nous ne pouvons que constater aujourd’hui, que rien n’est pris en compte par la Direction de la Propreté, malgré la promesse de notre Président de prendre en considération la souffrance des agents.

Le geste désespéré d’un éboueur mardi 04 septembre à Gerland montre bien qu’il y a un réel et grave malaise au travail au sein de la Propreté.

La Direction Générale a déclaré dans la presse suite à ce geste, « que l’éboueur a pris à partie et aspergé d’essence son agent de maîtrise ». Curieusement, cette déclaration n’est pas confirmée par nos délégués syndicaux CGT de terrain présents sur le lieu du drame ce jour là.

.Il y a urgence au sein du grand Lyon, urgence que Monsieur le Président Gérard Collomb protège ses agents afin que ne se reproduise pas le syndrome France Telecom.

Aujourd’hui, malheureusement plusieurs agents de l’ensemble des services du Grand Lyon, vivent une véritable pression et souffrance dans leur travail. D’autres personnes dans l’ombre doivent souffrir aussi, et ce qui nous fait peur c’est que ces actes de détresse leurs servent de détonateur. Rien n’est pris au sérieux par notre collectivité, malgré tous nos courriers dénonçant ces situations.

Pour exemple : la CGT lors de la présentation en CHS du mois de juillet a voté contre le projet de réorganisation du nettoiement.

En effet, comment peut-on avaliser une réorganisation qui bouleverse l’organisation du travail des agents, mais aussi toute la ligne hiérarchique en mettant tous les personnels (encadrant ou non encadrant) sous tension. Ce d’autant qu’elle se fait à effectif constant alors que la ville s’étend et que les Services urbains sont mis en concurrence avec les grands groupes privés.

Alors qu’aucun bilan au préalable n’a été présenté aux organisations syndicales comme la CGT l’a demandée, la souffrance au travail n’a pas été prise en compte malgré nos alertes.

Depuis 2009, au sein de la Propreté plusieurs agents ont attenté à leur vie. (2009 : suicide d’un cantonnier, juillet 2012 tentative de suicide d’un agent de maîtrise et en septembre d’un éboueur).

La CGT syndicat majoritaire au Grand Lyon défend le service public, ainsi que les agents, et nous avons des craintes pour le devenir de notre mission. A ce jour, comme rien n’est réglé, nous sommes inquiets pour le devenir et le maintien du service public.

Le syndicat CGT continuera a dénoncer tous les dysfonctionnements graves dans la vie professionnelle qui conduisent à de tels drames malgré les pressions et le mépris exercés sur les responsables syndicaux.

Nous faisons tout pour que le CHSCT joue pleinement son rôle mais rien ne changera sans une modification du mode de gestion et de management de la Direction de la Propreté et du Grand Lyon.

                                                                                               Pour le groupement CGT,

                                                                                               Djamel Mohamed,

                                                                                               Secrétaire Général de la CGT                                                                                                Propreté

Tag(s) : #Communication

Partager cet article

Repost 0