Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 53086076-copie-1.jpg

 

 

Malaise aux PFI (POMPES FUNEBRES INTERCOMMUNALES)

 

           Depuis le 20 mai, les agents des POMPES FUNEBRES INTERCOMMUNALES faisaient remonter leurs mauvaises conditions de travail à leur direction, au travers de demandes telles que l’embauche de personnels, la mise en place de moyens de travail plus modernes, une prime de 80€ pour tous et une égalité salariale entre les agents de droit privé de même grade, certains ne bénéficiant de la prime de 8 %. Les agents regrettent aussi le manque de reconnaissance de leur travail et de la pénibilité inhérente à ce dernier.

Aucune embauche prévue pour compenser les départs, aussi bien à la retraite que du fait de la difficulté physique et morale, les agents des PFI côtoyant la mort tous les jours.

Afin de faire entendre leurs revendications, une réunion a été organisée le 6 mai, à la demande des syndicats, sans que celle-ci n’aboutisse. Il ne restait donc plus que la grève pour faire entendre le mal être de tous. Elle débuta le 8 juin.

Apres 2 jours de grève et une forte mobilisation (87% de grévistes), la direction dut, devant la pression des salariés, rencontrer une délégation et enfin écouter leurs revendications légitimes. Les négociations aboutirent sur :

-          la mise en place de groupes de travail avec 2 responsables de chaque corps de métiers afin que soient revues les conditions de travail.

-          une prime de 55€ net accordée a tous.

-          l’équité des primes entre agents de droit privé (rattrapées sur 3 ans).

-          le maintien des effectifs du service.

 

L’ensemble du personnel a repris le travail après ces accords, les trouvant satisfaisants.

 

Ce mouvement tend à prouver que tous unis, nous pouvons encore arriver à gagner de nouveaux droits dans ce contexte de recul social.

 

LA CSD

 

REVUE DE PRESSE

 

Grève très suivie aux pompes funèbres intercommunales

 

Les agents des pompes funèbres intercommunales sont en grève depuis ce mercredi matin et le mouvement va se poursuivre jeudi. Selon les syndicats, près de 80% des personnels ont répondu à l'appel. Ils demandent une hausse de leur salaire de 80 euros net par mois.

"Cela ferait augmenter la masse salariale de 150.000 euros", calcule le directeur du syndicat intercommunal, Jean-Pierre Charpenet. Ce mercredi la direction a émis des propositions : 30 euros en plus pour les fonctionnaires et une revalorisation de 2,5 à 5,5% des agents de droit privé. Dans cet établissement public à caractère concurrentiel figurent en effet des fonctionnaires et des agents de droit privé.

Pour ne rien simplifier, parmi les salariés de droit privé co-existent deux catégories de personnels : ceux recrutés avant la création du syndicat intercommunal qui bénéficient d'une prime égale à 8% de leur rémunération et les autres, embauchés récemment, qui n'ont pas cet avantage. Parmi les propositions de la direction, figure un  plan de rattrapage sur trois ans pour faire bénéficier de ce bonus à tous les salariés de droit privé. Ce n'est pas assez pour les syndicats qui attendent un effort supplémentaire. La direction devrait formuler de nouvelles propositions ce jeudi.

En moyenne, aux pompes funèbres intercommunales, un fonctionnaire en début de carrière perçoit 1400 euros net, et un agent de droit privé 1100 euros net. 

FF

LYON CAPITALE

Fin de la grève aux pompes funèbres intercommunales de Lyon et Villeurbanne

Les employés des pompes funèbres intercommunales (PFI) de Lyon et Villeurbanne reprennent le travail aujourd’hui, après deux jours de grève particulièrement bien suivie.

Des avancées salariales ont été obtenues par la CGT et FO. Une augmentation de 55 euros nets par mois a ainsi été actée. Les plus bas salaires bénéficient par ailleurs d’un complément de 40 euros mensuels dès maintenant et de 30 euros supplémentaires les deux années prochaines.

Des groupes de travail seront par ailleurs instaurés pour évoquer les difficultés du travail et les solutions pour les limiter. Le maintien des effectifs actuels a été promis « malgré la baisse de 20 % de l’activité depuis 2006 », selon la présidence des PFI.

Les pompes funèbres intercommunales, service public industriel et commercial, doit présenter un budget équilibré, sans possibilité pour les communes de Lyon et de Villeurbanne d’y abonder. « Nous ne pouvons répondre aux revendications des salariés que dans les limites de nos possibilités financières. Toute autre attitude serait démagogique, irresponsable et dangereuse pour le personnel comme pour les familles », a indiqué hier, par communiqué, Alain Girod, élu à Villeurbanne, et président des PFI.

Depuis le début de la semaine, le service public d’organisation des obsèques avait été totalement paralysé, conduisant les familles en deuil à s’adresser aux entreprises privées concurrentes. L’activité redémarre aujourd’hui.

LE PROGRES

 

Social Les salariés sont en grève et réclament une augmentation

Ils devront se faire enterrer ailleurs. Avec un personnel en grève depuis hier, les pompes funèbres intercommunales de l'agglomération lyonnaise (PFI) ont déjà dû refuser une douzaine de familles en deuil. Les grévistes réclament une revalorisation de leurs salaires et de meilleures conditions de travail. « Les fossoyeurs gagnent à peine plus que le SMIC, explique Patrick Ricotta délégué CGT des PFI. Pourtant ils effectuent un travail particulièrement pénible ».

 

Une augmentation des salaires
Les employés demandent l'obtention d'une prime fixe de 80 € par mois. Ils touchent actuellement une commission à chaque enterrement qui varie selon leur poste (1,31 € pour les porteurs). « Il y a moins d'activité en ce moment, précise Jean-Pierre Charpenet, le directeur des PFI. Cela peut entraîner une perte de 100 € sur les fiches de paye qui peut expliquer le mécontentement ». Les grévistes dénoncent aussi un manque d'effectifs qui serait à l'origine de situations embarrassantes. « On se retrouve parfois avec seulement trois porteurs (de cercueil) sur quatre, poursuit Patrick Ricotta, qui est lui-même chef porteur. On doit souvent faire appel à un fossoyeur en urgence pour nous aider. » La direction a reçu les syndicats hier, mais la grève a été reconduite. « L'activité est à l'arrêt puisqu'on ne connaît pas la durée du mouvement, regrette Jean-Pierre Charpenet. Les funérailles sont prévues 48 à 72 h à l'avance et nous n'avons pas le droit de mettre les familles dans une situation difficile. ».

20 MINUTES

 

Deux jours de grève très suivie

 Les employés des pompes funèbres intercommunales de Lyon et Villeurbanne ont repris le travail vendredi (10 juin). Ils ont notamment obtenu des avancées salariales : une augmentation de 55 euros nets par mois.

Le préavis de grève déposé par la CGT et FO a débuté le 08 juin. Les deux organisations syndicales réclament une revalorisation des salaires des employés des pompes funèbres intercommunales de l'agglomération lyonnaise (PFI). Ce mouvement touche une majorité des 87 salariés de Lyon et Villeurbanne. Ces derniers réclament également une reconnaissance de la pénibilité de leur métier. Ci-contre le reportage de P.Rejany & C.Cherry-Pellat - 08/06/11

 

 

 

 

 

 http://rhone-alpes.france3.fr/info/grand-lyon/les-pompes-funebres-intercommunales-en-greve-69135592.html?onglet=videos

 

FRANCE3 RHONE-ALPES

 

 

 

 

http://rhone-alpes.france3.fr/info/grand-lyon/les-pompes-funebres-intercommunales-en-greve-69135592.html?onglet=videos 

  

 

TLM

 

Tag(s) : #Communication

Partager cet article

Repost 0